Blog

Compte rendu de l'atelier du 5 octobre 2014

J’ai établi ce compte rendu à partir de mes notes….. et comme je n’ai pas tout noté, il vous semblera peut-être
incomplet….

Définition du yoga :

Cet atelier était une introduction à la psychologie indienne et à la psychologie du yoga. Aussi Anuradha a
commencé par nous demander notre propre définition du yoga. Que représentait-il pour nous ?
Certains ont parlé de relaxation, de détente ; d’autres, de présence à soi-même, d’écoute, d’ouverture sur
autre chose, sur d’autres dimensions. On a aussi émis l’état de bien-être, la découverte de sa dimension
intérieure…… etc……

Etymologie du mot YOGA :

La racine YUG  veut dire « s’unir » et aussi « se dissoudre ».
Avec la notion de dissoudre, il s’agit de voir ses saisies et essayer de les lâcher, de dissoudre ainsi toutes les
tensions.
Avec la notion d’union, il s’agit d’unir :
- le corps et l’esprit,    - le corps et le souffle,       - l’Etre et l’univers,
……. Grâce à cette union, corps/souffle/mental , on est plus posé, plus serein.
          Nous pouvons alors avoir une compréhension et une compassion pour les autres,

La place de l’Homme :

Ce qui doit être connu et établi, se fait sur 2 dimensions :  l’espace et le temps
…….l’homme doit trouver sa place « ici et maintenant » :
          - « ici »…. Dans ce lieu (espace)           - « maintenant »……. Dans l’instant présent (le temps)

 
Les textes de YOGA

Anuradha nous a présenté les différentes textes qui parlent du yoga :
- des textes sacrés (car textes révélés) comme les Upanishads védiques ou la Baghavad Gita,
- et des textes de tradition non révélés comme les « yoga-sutras de Patanjali » ou le « yoga vasistha »

 

1-) Les Upanishads  (ouvrages du 5è siècle avant JC et dont l’écriture s’échelonne sur 11 siècles)

Etymologie : UPA : près de  -  NI : en bas, aux pieds de  - SHAD : s’assoeir
Upanishad signifie donc « assis par terre aux pieds du maître » pour écouter son enseignement.

                                                          ………note de la transcripteuse
                        Il existe14 upanishads védiques (c’est-à-dire faisant partie du Véda) et plus de 100 upanishads dites non védiques.
                        Les Upanishads livrent un enseignement spirituel, philosophique  et  métaphysique. Il y est toujours question des      
                        différents Yogas et de la Libération finale (de l’âme). Le yoga  y est présenté comme un moyen
comme une voie                    
                        d’intériorisation qui va donner accès à l’espace intérieur et à la  connaissance libératrice.
                                                                   
~~~~~~~~~

La « Katha Upanishad » est la 1ère Upanishad qui parle du yoga

« Tam yogam iti manyante sthiram indriya dharanam » = " la pratique du yoga est de tenir les sens fermment"
……….sthira = ferme ; dharanam = tenir, concentration ; indriya = les sens


                                                  
……… note de la transcripteuse
                      
Dans cet Upanishad, il y est enseigné comment délivrer l’âme des souffrances du samsara (cycle de la vie
                      
et de la mort), grâce au moyen du YOGA. On utilise la métaphore du CHAR. C’est le yoga qui va être le moyen                 
                      qui pourra
arrêter le char  (c’est-à-dire le corps) :
                      - car il va permettre au cocher (=l’intelligence) de discipliner les chevaux (= les sens), de maîtriser les rênes
                        (=  les pensées),
                     - et au voyageur (= l’âme ou atman ) de descendre, c’est-à-dire sortir du cycle du samsara : l’âme va être ainsi
                        libérée de sa condition charnelle et des souffrances liées à la réincarnation.
                                                                    ~~~~~~~~~

On peut s’entraîner à méditer sur les sens : ................. en apprenant à être spectateur
- en étant dans une présence à l’écoute, aux odeurs, au goût
- conscience du toucher

 

2-) La Baghavad Gita

C’est un ouvrage qui fait parti du « Mahabharata » et qui a été écrit vers le 2ème siècle avant J.C.
Il y a 18 chapitres.
Etymologiquement, Gita signifie « chant », et Baghavad « divin ».
La Baghavad Gita, c’est le chant de l’Etre Suprême

Le yoga de la B.G. , c’est l’action (= karman)
Toute action peut devenir un yoga. Ce n’est pas ce que l’on fait qui est important, mais l’intention avec
lequel on le fait.

Le yoga est une action transformatrice. Il transforme tous les actes de la vie : toute action à nous libérer et
toute action à nous rendre plus heureux est du yoga.

« Yoga karma su kauchalam » =  « toute recherche de perfection de nos actes (les épurer) est du yoga ».   C’est le Karma yoga.    

 
                                                             …….note de la transcripteuse           

                                                               Voici un résumé de l’histoire du « Mahabharata »
                   C’est l’histoire et la rivalité entre deux lignées de frères, les Pandavas (dont fait parti Arjuna) et les Kuravas,
                   Les Pandavas ont été spoliés de leur trône, par ruse, par les Kuravas et contraints à l’exil pendant  12 ans.
                  Au bout de cette période, ils reviennent réclamer une terre pour vivre, ce qui va leur être refusé.
                  Les Pandavas vont être contraints au combat.
                                                              C’est là que commence le récit de la Baghavad Gita :
 

                 Krishna se propose d’aider un camp et de donner son  armée à l’autre camp : Arjuna qui est un Pandava,
                choisit  Krishna. Avant le combat, Arjuna s’arrête pour regarder ceux qui sont en face de lui, et reconnaît des
                frères, de la famille, des amis. Il ne peut se résoudre à les tuer.
                Krishna va donc essayer de le convaincre d’agir et d’accepter le combat. Puisqu’il fait parti de la caste des   
               Kashtriya, il doit remplir son devoir qui est de protéger le DHARMA (l’ordre cosmique ) des démons, comme les 
               Kuravas qui empêchent la bonne marche du cosmos. Krishna va lui expliquer  aussi comment il doit agir  pour
               ne pas être enchaîné par le Karma.              
                                                    Krishna va alors lui enseigner les 3 yogas de la Baghavad Gita =
               -   
le yoga de l’action (Karma yoga) :  tout acte induit un karma, aussi pour ne pas être enchaîné au karma, il
                    suffit d’agir dans un esprit de détachement intérieur, dans le rôle qui nous est assigné. Dans le cas d’Arjuna, en
                   tant que « guerrier », son karma yoga est donc de combattre .

               -   le yoga de la connaissance (jnana-yoga ou buddhi yoga) : avoir la connaissance libératrice, c’est-à-dire, la
                   connaissance que l’âme est captive, et qu’elle peut être libérée, en réalisant que notre Soi peut devenir « témoin 
                   agissant», et non plus être lié à des actes qui l’enchaîne à son karma.
               -   le yoga de la dévotion (bhakti yoga) :  abandonner toute recherche de résultat pour soi-même(non-attente)
                    et dédié ses actes à Dieu, dans un acte de dévotion (c’est-à-dire une relation d’amour)

~~~~~~~~~~~

  La psychologie du yoga

 « samathram yoga uchyate » =  « faire du yoga c’est trouver l’équanimité »
…… samathram ou samana = équilibre.
Se dire  « ça va passer »

L’équilibre psychologique doit passer par le corps : c’est l’approche du yoga, de relier le corps et l’esprit,
détendre l’esprit en relâchant les tensions du corps , et détendre le corps en profondeur pour apaiser l’esprit.

La pratique du yoga doit nous séparer de la souffrance et nous permettre de développer la JOIE intérieure.
« tam vidyat dukha samyoga viyogam yoga sanjitam »
…….
Tam = cela ; vidya= connaissane ; dukha = souffrance
= « le yoga c’est la connaissance de nos attachements, et savoir comment se séparer de la souffrance » 

 ....... et cette connaissance de Soi passe par l'étude des textes  et la mise en pratique.
                  

3-) Yoga Vasistha

                                              …… note de la transcripteus
                         
est un texte sanskrit de la philosophie indienne āstika  composé entre le VIe ou le VIIes4 et le XIIes ap.
                          J.-C. . Le texte se présente sous la forme d'un discours entre
Vasishtha et le jeune prince Rāma
.

                                                                                   ~~~~~~~~~

« manah prasamana upayah yoga »
………
mana = mental ;  prasam= calmer ;     upaya = technique
« le yoga est une technique pour calmer le mental »

 

4-) les Yoga-sutras  de  Patanjali

                                          …….. note de la transcripteuse
                             
C’est un ouvrage ( du 2ème siècle après JC) qui ne mentionne aucune technique précise,  mais qui
                               expose le but et les bases philosophiques du yoga. Ils décrivent le processus d’intériorisation et de
                              méditation pour atteindre le Samadhi qui se compose de huit  étapes et analysent les différents
                              niveaux de samadhi.  

                                                                            ~~~~~~~~~~

« Yogah cittavritti nirodha »
…… Citta= pensée ;  vritti = mouvement ;   nirodha = arrêt
« le yoga permet l’arrêt des mouvements des pensées ».

Pour les arrêter, il faut d’abord comprendre :
-  ce qu’est le mental ?
-  ce que sont ces mouvements ?
-  comment les arrêter….
Tout cela est expliqué dans les yogas sutras .


Les différentes Voies du Yoga

(les 3 premiers yogas sont les 3 yogas développés dans la Baghavad Gita)

1-) Le Jnana yoga ou yoga de la connaissance

                                                            …….. note de la transcripteuse
                                
Ce yoga consiste souvent en l’étude des textes (sacrés ou non) pour développer la connaissance
                                  de la souffrance : pourquoi souffre-t-on ? l’origine ? et comment faire cesser cette souffrance ?
                                                         ~~~~~~~~~

La source de la souffrance humaine, c’est l’ignorance.
On souffre car on n’est pas libre, on s’identifie à nos limitations.
Le problème, c’est l’ignorance (et pas forcément la souffrance elle-même). La solution , c’est la connaissance
de ce qui est réellement et de notre façon de fonctionner.

Il faut donc changer sa façon de penser, développer une clarté intellectuelle (une lucidité), pour voir ce qui
nous encombre réellement, et pouvoir dépoussiérer.

2-) La Bhakti yoga ou yoga de la dévotion

                                                    ……. Note de la transcripteuse
                                   ce yoga consiste en une pratique de rituels religieux, comme le faisait  les « hare krishna » ,
                                   groupuscule hindou qui a développé cette forme de yoga.

L’émotion de base est l’amour (l’amour qui échange, l’amour inconditionnel).
Dans la bhakti yoga, il s’agit de transformer l’amour de base en  un amour inconditionnel pour le divin ou l’être
suprême ; et cet amour inconditionnel le transformer en dévotion.

 

3-) Le Karma-yoga ou yoga des œuvres

Karman = c’est l’action
- soit on est acteur de l’action,
- soit on est témoin,
- soit on est un instrument,

La question est de savoir « qui est acteur ? »
                                         « que doit-on faire du résultat de nos actions ? »

Le karma yoga c’est faire des actes désintéressés (c’est-à-dire sans attendre de résultat) de manière à ne pas
être enchaîné à la loi du karma (qui est la loi de cause à effet).

On pourrait alors se poser la question de savoir pourquoi faire une action, sin on ne doit pas en attendre de
résultat ………la réponse est : simplement parce que le résultat sera plus beau.
……. Par exemple, le musicien qui joue, sans penser à lui, sans se poser la question de savoir s’il joue bien
ou non, donne le meilleur de lui-même ; il est alors ce qu’on pourrait appeler « inspirer » et le spectacle est merveilleux.

 

……. Ces 3 yogas permettent d’arriver à la connaissance du Soi

……. Les autres formes (ou voies) de yoga sont :

 

4-) le Raja yoga ou yoga royal
Il est appelé « royal », car il est très complet et englobe les autres formes de yoga :

- les principes des 3 yogas vus précédemment : l’étude des textes sacrés avec le jnana yoga, la dévotion
avec la bhakti yoga et l’action désintéressée avec le karma yoga)
- un travail sur le corps et sur la respiration comme dans le « hatha-yoga »
-et un travail essentiellement psychologique avec les 8 membres de l’ « ashtanga yoga » des « yoga-sutras de
Patanjali » , qui sont :

      * les membres extérieurs (bahir anga) :
          - yama : ce qu’on ne doit pas faire
          - niyama : les pratiques positives à faire
          - asana : le travail sur le corps avec les postures  (2 à 3 aphorismes sont consacrés à "asana"
          - prathyara : le retrait des sens

       * les membres intérieurs (antaranga) :
          - dhârana : la concentration
          - dhyana : la méditation (arriver à maintenir son esprit sur un certain objet
          - samadhi : faire UN avec l’Absolu;  à cette étape, le méditant se dissous

 

5-) Le Hatha-Yoga ou Yoga de l’effort
Cette voie du yoga est nécessaire pour préparer au Raja Yoga

 Le mot « hatha » peut signifier :
 -   « force » : car il s’agit d’avoir un effort soutenu, une pratique intense pour prendre certaines postures
 -   Ou bien « ha » : signifie Lune et « tha » : le soleil
      Il s’agit donc par l’effort intense des postures de réunir les deux énergies subtiles lunaire et solaire.

…….. on cherche de toute façon, dans cette pratique à éveiller la Kundalini (énergie se trouvant lovée à la
base de la colonne vertébrale)

6-) la Kundalini yoga

Pratique pour éveiller la kundalini (énergie qui se trouve le long de la colonne, dans le nâdi Susumma).

7-) Le Nada yoga ou yoga du son

Le son est important car il permet de communiquer.
La pratique est basée essentiellement sur l’usage du son pour éveiller la kundalini.

                                                              ……… Note de la transcripteuse
                                                       
Dans cette forme de yoga, on utilise des instruments de musique comme  le « tempura »,
                                                        ou les bols tibétains

                                                                                                               
~~~~~~~~

8-) le Mantra yoga

Le son est également exprimé dans cette forme de yoga, puisqu’il va s’agir de réciter des mantras.
Le mantra et le son ont un effet purificateur du mental et des êtres.
C’est un moyen très puissant pour la transformation personnel (devenir plus vaste et se relier).

Etymologiquement,  le terme « mantra » est un terme sanskrit, dont  « man » signifie "penser" et   « trâna »
qui veut dire "protection". Un mantra est donc une formule mentale qui protège.

Le son est important : pour communiquer, 
                                  : pour transformer les pensées, 
                                  : il est créateur de l’Univers. 
                                  : il se trouve dans chaque chose ; nos formes, nos pensées, nos émotions, chaque
                                     être est une vibration

But du mantra :  unir le petit « je » à une dimension plus profonde, plus absolue.


Exemples de mantra :

 -  OM peut se chanter A.U.M . Chaque son, chaque lettre  a alors un effet spécifique dans le corps :

  • A : ouverture , on a envie d’ouvrir les bras…. C’est l’expansion
    Le son peut être thérapeutique : en effet, si l’existence est coincée, le A est moins ouvert
    ……apprendre à produire un A ouvert ( en faisant raisonner le son en nous-même),  va aider.
  • U : ou. C’est un son qui englobe, le mouvement de nos bras va être comme une embrassade.
    On va visualiser les gens qu’on n’aime pas forcément, et ceux qu’on aime, et avec un grand
    mouvement de bras, on va les englober, les ramener vers le cœur comme pour les étreindre
  • M : mmm Ce son recentralise….. on va diriger ses mains vers le bas ( en se penchant), puis
           vers le haut (en revenant à la verticale)

 

 - Hari Om tat sat

……  HARI : un des multiples noms du divin (qui se rapporte à l’aspect préservation de l’univers et
                         se réfère à Vishnou)
                       « ce qui enlève tout obstacle », ce qui enlève le voile de l’illusion (et qui empêche de
                        voir la Réalité)

         OM : le son suprême, créateur de l’Univers. Il représente aussi Brahman (créateur)

         TAT : « Cela »…. qui est l’Univers, ou le Divin

         SAT :  la Vérité absolue ou ultime
                     ….. c’est la Réalité (que l’on ne perçoit pas) et qui est au-delà du réel (que l’on perçoit,
                              qui est donc une vérité relative)
                            Réalité ou Vérité que l’on perçoit lorsqu’on a réalisé « le Soi ».

                               
          Traduction ….. presqu’impossible et multiple…. =   Salut à la divine Vérité qui est Cela
                                                                                             ou  je salue la divinité qui est en toi

          Lien vers le mantra chanté : cliquez ICI

                                                             ~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« Qui suis-je ? » : quel est donc ce petit « je »,

 On se définit en fonction de : notre identité faite de notre éducation, de nos expériences,
                                                 notre nom, notre âge, notre rôle,
                                                 femme-homme,

Ce que notre « je » n’est pas :

  • On s’identifie à « notre corps », mais on ne devrait pas car le corps change (de bébé, ado, à adulte, à personne âgée) ;
  • Nous ne sommes pas non plus « nos pensées », car elles changent. L’idée n’est pas moi.
  • Nous ne sommes pas nos « émotions » : en méditation, on cherche à la voir et à la lacher.

Le « je » , c’est :

  • La vérité de notre être profond,
  • Le spectateur qui observe  celui qui agit :

Les caractéristiques de cet Etre profond : Clarté, Joie,
    = SAT  CHIT  ANANDA …… L’Etre absolu est une conscience/joie
        sat : l’être absolu, ce qui ne change pas
        chit : conscience
        ananda : joie

…… quelquefois, ça s’ouvre, pas de voile, ça se libère
         quelquefois ça se couvre, on ne voit plus le SOI

 Le yoga cherche à  laisser manifester notre Etre profond (ou notre Vérité profonde),
             en laissant se ralentir les pensées,
            pour voir le moment de SILENCE…..

On est libre alors…… il faut lâcher ses attachements pour cela.

Atelier de psychologie indienne et du yoga - le dimanche 5 octobre 2014

                      

                        Atelier :  "psychologie indienne, psychologie du yoga"
                                                     (dimanche 5 octobre 2014)

                 
avec Anuradha CHOUDRY et Vinayachandra BANAVATHY


Ce fut des journées mémorables pour moi, déjà par l'organisation de l'atelier lui-même , mais aussi par la
présence d'Anuradha et de Vinaya qui sont arrivés à Argenton sur creuse dès le vendredi soir et repartis le
mercredi.

Ce sont deux indiens de Bangalore (Inde du sud), très simples, très ouverts, et très joyeux....... nous avons vécu
ainsi des moments de franche rigolade, tels que le samedi  sur la place d'Argenton sur creuse, lors de l'exposition de jouets
en bois, présenté par le Salon Bio-Eco qui devait avoir lieu la semaine suivante.

Aussi l'ambiance de cette journée du 5 octobre a été à l'image de leur personnalité.............


Voir le thème de cet atelier, en cliquant ICI.

Ci-dessous les  quelques commentaires que j'ai reçus en retour...

C’est avant tout leur personnalité qui m’a intéressée : ils sont joyeux et simples. Ils véhiculent donc leur
message. Ils restent fermes dans leur axe, quelles que soient les questions, ce que j’ai apprécié.
Bonne ambiance, et très bonne organisation, merci ! Plaisir de parler avec les autres participants.
Par contre, j’ai attrapé froid, les jours frais il faudrait une salle chauffée.
Si une nouvelle séance se met en place je participerai avec plaisir .
(Cécile Griesmar)


On ressent une grande écoute, un beau partage entre eux et nous.
J'ai beaucoup apprécié tout ce qu'on a fait. J'ai retenu les idées sur l'identité, c'était très intéressant dans le
sens qu'on se perçoit d'une autre manière, ça a éclairé quelque chose.
Pour ce qui concerne une autre fois, j'aimerais bien les revoir évidemment mais en approfondissant des
points ou d'autres choses qu'ils n'ont pas abordé. J'ai adoré les chants, les sons et je m'attendais à plus de
pratique du yoga.
(Dominique Dénéchaud)


Globalement mon impression est très positive, j'ai trouvé le contenu très intéressant et les intervenants de
grande qualité. Je reviendrai avec plaisir si je suis disponible.
Une suggestion : une petite pause en plus et/ou quelques moments de pratique en plus parce que ce n'est
pas facile de rester aussi longtemps assis en tailleur !
(Françoise Winkelmann)


Je suis venu à l'atelier en non initiée ( aucune pratique du yoga ) j'en suis reparti avec un mantra que j'ai
plaisir à rechanter au quotidien HARIH OM TAT SAT.
J'ai apprécié la pédagogie et la simplicité des intervenants . La partie théorique ( évolution du yoga ,
différents yoga ) m'a semblé pourtant très longue.
J'aurais souhaité une partie chant plus importante , avec quelques exercices accessibles, le yoga du son
étant ce qui m'attire le plus ....

(Marie-Josée Laruelle)


J'ai vraiment apprécié ce stage, j'y ai appris beaucoup de choses.
Je suis prête à en faire de nouveau (plus long ?). J'adorerais travailler sur les sons , mantras et aussi avec
le bol tibétain. Des ateliers  pratiques en plus grand nombre seraient bienvenus.
L'important, à mon niveau, est de vivre les choses, mais je comprends que des personnes plus avancées
aient besoin de plus de théorie.
La personnalité des deux intervenants est vraiment  exceptionnelle, ça donne envie de poursuivre !

(Nathalie Sionneau)


Je serai ravi de refaire un atelier. En voyant Vina et Anu, pendant quelques instants j'étais en Inde. Ils ont
ensoleillé la grande salle et toi Muriel tu nous as réchauffé avec les tisanes, thé et calé, merci.
Je n'ai malheureusement pas compris le sens des histoires du Bhagavad-Gîtâ. Il faut vraiment que je trouve
une version facile pour les lires.
J'ai retenu que le yoga ne veut pas forcement dire "asana", que la spiritualité a une grande place dans la
pratique.
J'ai aimé la découverte du son AUM, les vibrations en le séparant et la beauté du geste qui l'accompagne,
mais j'ai surtout adoré la méditation. Le départ dans l'univers, difficile de revenir sur terre après un tel voyage.
(Corinne Viratelle)


Merci pour cette belle journée.
J'ai été heureuse de me replonger dans l'ambiance du yoga et de l'Inde.
J'ai trouvé que l'enseignement qui a été donné est un enseignement de qualité. Et que les intervenants
sont tout à fait à la hauteur de leur tâche.

(Clotilde Bornhauser)


j'ai beaucoup aprécié l'intervention d'Anuradha et Vinaya
Cela m'a permi de mettre en relation mes connaissances personnelles avec ce qui a été dit et avec des
lectures sur le sujet.
Je suis interessée par une autre visite l'année prochaine et j'aimerai plus de pratique des chants.
(Annie Ducourtioux)


Nos amis indiens nous ont fait une description complète et détaillée de toutes les techniques du yoga, ce qui
pouvait peut être, être nécessaire en introduction,
mais ensuite ils ne nous ont pas parlé de psychologie
indienne ou occidentale éclairant l'une ou l'autre de ces techniques.
La partie pratique conduite par Anuradha était interréssante, mais un peu courte.
Dommage qu'Anuradha ne nous ai pas parlé des études qu'elle a faite à l'école de l'ashram de Sri Aurobindo
à Pondichery et des enseignements de ce grand Maître concernant le yoga.
S'ils reviennent l'année prochaine et s'il restent plusieurs jours, serait-il possible d'organiser un vrai cours de
yoga et ...une sortie moins formelle ?

(Catherine Callier)


En ce qui me concerne, j'ai beaucoup apprécié la journée, le thème intéressant, la manière très transversale
d'aborder les choses. Puis aussi j'ai beaucoup apprécié le côté intéractif, les échanges entre tous.
Enfin, même si nous étions nombreux, l'amosphère était tout de même chaleureuse et simple, je crois qu '
Anuradha et Vinaya y étaient pour beaucoup, ils inspiraient la sérénité.
S'il y a une autre occasion de participer à un atelier de ce type, je serai donc partante.

(Marion Ducourtioux)


MERCI d'avoir organisé une telle journée! Cette journée fut parfaite pour moi ! L'enseignement dispensé m'a
enthousiasmé et c'est avec joie que je participerai à nouveau à des cours avec  Anu et Vina ! 

(Sophie Demarly)


Un grand Merci à toi pour avoir si bien organisé cette première journée dont je garde également  un excellent
souvenir! 
Je suis bien sûr intéressée par une nouvelle intervention et je connais  d'autres personnes extérieures qui
n'ont pu venir cette fois et qui seraient également  intéressées.
J'ai apprécié l'ensemble  même  si cela a été  plus difficile l'après midi... Peut être aurait il fallu plus de
coupures  ou de pratique de yoga ?? Ou  encore prévoir  sur 2 jours ... mais cela poserait d'autres
problèmes bien sûr! 
Mais, c'était très  intéressant pour moi et donc à  renouveler. ..

(Michèle Boué)


J'ai beaucoup aimé et n'ai pas grand chose à demander en plus ...
Peut-être avoir un peu plus d'exercices : ça dégourdit , reconnecte et réchauffe .
Encore merci de nous avoir permis c es belles rencontres.

(Marie-Dominique Mariot)

 

 Pour voir les photos de cette journée, allez à "Album photo" ou cliquez  ICI

Et voici ci-dessous, quelques photos prises lors de leur séjour ........

Anu et vina au jeu 939
                Anu au jeu 940

 Anu 935           Vinaya 936

A la boucle du pin img

15 anu et vinaya dsc 0457

 

2è jour : visite de Mamallapuram



Pris par mes cours, pris par mes stages de yoga, cet été, je n'ai pas eu le temps de continuer le récit de mon
voyage en Inde.......Le voici :

                                                    

                                                                Le 25 Février - Visite de Mamallapuram  

Après ce bain de foule, nous avons continué de marcher sur la plage pour aller au bout de celle-ci visiter le
temple du
rivage



….. sous un soleil de plomb. Dès qu’il y  avait un semblant d’arbre, on squattait l’ombre
quelques instants avant de repartir à l’assaut de notre visite.
Pour ce 1er jour, j’ai fini rouge écarlate !!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

                                                                          Le Temple du Rivage

Ce temple ( ou Shore temple) doit son nom au fait qu'il a été construit au 7è siècle au bord de la mer, sur un promontoire s'avançant
dans le
golfe du Bengale à Mahabalipuram. Ce village était un port très actif au VIIIe et IXe siècle sous la dynastie Pallava et
notamment le roi
Narasimhavarman II.

C' est le premier temple du sud a adopté la forme caractéristique architecturale des temples dits dravidiens.

Le temple, qui a souffert depuis douze siècles de sa situation sur le rivage, est maintenant protégé de l'érosion éolienne par une haie
et de celle des vagues par des blocs de rocher mis en place par le gouvernement d'
Indira Gandhi, blocs qui lui ont permis de résister
à la vague du tsunami du
26 décembre 2004.

Le temple est une combinaison de trois sanctuaires, cernés d'un petit mur portant des rangées de taureaux à bosse couchés .


       -  Le temple principal, consacré à Shiva, présente une structure pyramidale de 18 m de haut et repose sur une plate-forme carrée
            de 16m de coté. Le sanctuaire abrite un
lingam . Sur le mur du fond on trouve un haut-relief de Somaskanda : la triple image de
            Shiva, son épouse et leur enfant
Skanda
      -  Un 2ème sanctuaire plus petit est également dédié à Shiva dans son aspect Ksatriyasimnesvara .
      - Un troisième  est dédié à un aspect de Vishnu : Vishnu reposant sur le serpent Sesha . Les murs de ce sanctuaire montrent de
        grandes sculptures de
Nandi et  de lions .
Cette configuration (sanctuaire de Vishnu, situé entre deux sanctuaires de Shiva ) illustre la cohabitation des différents mouvements
religieux.

À l'extérieur, on trouve une petite statue de Durga assise sur une grande statue de sa monture (vahana), le lion.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Avant de regagner la ville, nous sommes allées sur l’autre plage, c’est-à-dire celle qui se trouve de l’autre côté
du temple du rivage…….et là surprise !.... une plage de détritus !!!!


En fait, la plage est habitée à l’occasion de la célébration de Vishnou par  les nombreux pèlerins qui
se sont déplacés pour cette fête. Ils se sont  installés là, le temps de la cérémonie, avec tentes et batterie de
cuisine pour y manger et y dormir ;

il y a même des manèges pour enfants ;



ainsi que des marchands qui vendent de tout, mais surtout des statues de Vishnou…

….et évidemment tous les déchets qu’un être humain peut engendrer, sont  là, éparpillés sur la plage,
puisqu’il n’y a aucune poubelle mise à disposition. Et cela est valable pour tout le tamil nadu, et je
suppose toute l’inde…..s’il y avait plus de poubelles, il y aurait peut-être moins de détritus éparpillés au vent..



............................................Nous voilà ainsi très rapidement dans l’ambiance de l’Inde…..

Puis, à partir de la plage nous rejoignons le centre ville pour continuer la visite de Mamallapuram (ville de
14 000 habitants, je crois, située sur la côte à 6O km au sud de Chennai) appelée aussi Mahabalipuram et
fondée par les souverains Pallava au 7è siècle…..

Nous traversons un marché qui se trouve sous les arbres, et nous y trouvons un peu de fraîcheur.

Le marché longe un ghat (le ghat désigne les marches qui sont au bord d'une rivière ou d'un bassin et qui
permettent de descendre au contact de l'eau. C'est ainsi un lieu de baignade important pour les hindous
qui y font leur ablutions)

.......................avec d'un côté les hommes:

..................et de l'autre les femmes,

                                                  

Dans ce bain de foule, les tamouls sont super gentils, très souriants, et me demandent souvent de les
prendre en photos (car c’est moi qui est l’appareil accroché autour du cou !!). On a l’impression que c’est
presqu’un honneur pour eux, et cela a été ainsi tout le reste du voyage.



Nous faisons malgré tout une première rencontre, un peu désagréable de notre voyage…… mais
heureusement , ce sera la seule !
un  homme très charmant nous aborde, en anglais, pour nous dire qu’il  trouve que nous avons une
bonne énergie, que nous sommes ses amis. Quand nous lui disons que nous venons de France (tout cela
dans un anglais approximatif, mais nous arrivons à nous comprendre), il est super enthousiaste car il connaît
un peu. Il nous dit être venu en France pour y travailler la sculpture. Il est donc fier de nous connaître et il
serait très honoré, nous dit-il, de nous montrer son « school » de sculpture à Mammallapuram.… « et que s’il
venait en France, on s’occuperait de lui, comme une famille, et que pour la peine, il va faire la même chose
avec nous ».…….

Il paraît tellement enthousiaste, que nous n’osons pas refuser de peur de le blesser…….. Pourtant, cela
aurait dû faire tilt dans notre tête, car le processus qui était en train de s’engager ici, était le même que celui
que nous avions vécu au Maroc : se faire alpaguer par un marchand….la même gentillesse….. et ne pas oser
refuser, de peur de le blesser.
0n  suit donc cet homme pour aller voir son école de sculpture. En même temps qu’on avance, il nous fait la
visite de la ville, comme un guide. Et là, je me dis qu’on s’est fait avoir et qu’il va nous demander quelques
roupies pour nous avoir servi de guide. Mais bon, pourquoi pas, cela nous permet de découvrir la ville et les
sites que de toute façon nous voulions visiter, et pour lui, cela lui permet de gagner quelques sous…..de plus,
ce qu’il nous dit, est très intéressant ….du moins ce que nous arrivons à comprendre. Je pensais donc que la
«ruse » se situait à ce niveau là.

Mais  quand on arrive, au bout d’une heure de visite, à sa fameuse école de sculpture, il s’agit en fait d’une
boutique qui vend des sculptures en bronze, et en pierre…… de belles sculptures, il est vrai. Mamallapuram
est  en effet, un grand centre de sculpture sur granit. Je me dis donc qu’on s’est bien fait avoir…..mais
comme les tamouls sont tout à fait cool, je ne pensais pas que cela allait se passait comme au Maroc…
… mais si !!!!

 Il nous invite à entrer dans sa boutique « pour simplement voir les belles choses»…. « non, il ne s’agit pas
d’acheter…juste voir pour la beauté des yeux » ; et là c’est trop tard, c’est l’engrenage, un tchai nous est
offert, que nous n’osons pas refuser…..et « profitez de ce moment pour regarder les bijoux, les sculptures…
..mais sans acheter….juste pour la beauté des yeux »……on regarde de peur de le blesser ….. mais
puisqu’on regarde…. « quel prix donneriez vous pour cet objet ? »   ….non, non on ne veut pas acheter…
« mais il ne s’agit pas d’acheter, donnez juste un prix ! »….il commence à être « chagrin »…alors, toujours
pour ne pas le blesser , on lui donne un prix…..Et là, puisqu’on a donné un prix, il faut l’acheter……Aussi
pour ne pas que cela se termine en bagarre, nous avons fini par acheter un objet, puisque de toute façon,
nous avions l’intention de ramener quelques souvenirs d’Inde ; mais ses objets sont quand même bien chers
(en effet, nous avons trouvé les mêmes, plus tard, à meilleur prix)….il veut alors nous en vendre un autre….
Mais là on lui dit  « stop, on ne prend plus rien », on lui paie l’objet choisi (quand même 2700 Rs, soit
41 euros !!) et on part…Ce qui est dommage, c’est que lorsqu’on part, il est tout à fait furieux !!! …..

Finalement, nous, nous sommes, assez content  de notre journée ……..
En écrivant ces lignes, je comprends son mécontentement : il a dû estimer que l’objet choisi et donc son prix
ne valait pas le temps qu’il a passé avec nous, presque plus d’une heure de visite quand même !

Nous avons donc ainsi visité :

          -  Le krishna mandapa


Les "mandapams" sont des  salles à colonnes  creusées dans la roche, comme des petits temples, et celle-ci est l'une des premières et
des plus grandes. Elle pourrait dater du 7ème siècle. Elle se trouve juste à côté de la grande fresque de la Pénitence d'Arjuna. A
l'entrée du temple on trouve une rangée de piliers et à l'intérieur, dans le mur de pierre, il y a différents bas-reliefs très réalistes,
représentant des scènes de vie champêtre chères à Krishna  ou bien représentant Krishna soulevant la montagne Govardhana  pour
protéger sa famille  et ses vaches  de la colère d'Indra, irrité de l’indifférence des villageois. Un autre relief représente une vache en trait
d'être traite et de lécher son veau, un homme portant un bébé sur l’épaule…..

       

      - « la pénitence d’Arjuna » ou la descente du Gange,


Ce magnifique  bas-relief de 27m de long et 9m de haut représente la légende de la descente du Gange  sur Terre, mais les flots du
gange sont si puissants, que Shiva les canalise par sa chevelure.

Mais il existe différentes interprétations. Le bas-relief est ainsi appelé parfois la Pénitence d'Arjuna  du nom du principal héros des
frères Pandava dans le Mahabaratha, répondant de fait à l'attribution des cinq Ratha du même site. Arjuna charme les hommes, les
bêtes et les dieux par sa méditation, ou sa hardiesse, et obtient la création du Gange. L'attribution de ce relief à un épisode du
Ramayana ou du Mahabaratha fait encore débat et est très souvent sujet à polémique dans les milieux universitaires.

         

     -  La « boule de beurre de Krishna »


la boule de beurre de Krishna, sorte de roche sphérique, qui semble tenir debout toute seule. D’après le mythe, Krishna (une divinité
importante dans l’hindouisme) encore bébé mais déjà gourmand, aurait volé le beurre à sa mère, et aurait laissé tomber cette boule
par erreur…

         

      - Les rathas : Ils ressemblent à des pagodes et ce sont de mini-sanctuaires. Quatre d’entre eux ont été nommés d’après
quatre des cinq héros du Mahabharata (Arjuna, Bhîma, Yudhishthira et Nakula, noms des frères Pandavas) tandis que le 5ème ratha a
été nommé d’après leur conjoint Draupadi.

Mais l'originalité tient à ce qu'il ne s'agit pas de temples construits, mais de monuments monolithiques creusés, vers le 7è siècle, en
forme de bâtiments à même le rocher.

Outre ces 5 rathas, il y a :

           - Le ratha de Ganesh (près de la pénitence d’Arjuna)
C'est le seul des Ratha à avoir une activité religieuse; une statue du célèbre dieu à tête d'éléphant, aimé de tous les Indiens, y reçoit
des offrandes. A l'origine consacré à Shiva, ce petit temple monolithique est de type shala, c'est à dire comme un hall s'ouvrant par un
portique, avec une toiture en forme de carène de navire couronnée par plusieurs stupi, ornements en forme de vase.


           -  Le kotikal mandapa : dédié à Durga

           -  Le temple de la grotte de Trimurti : ce temple honore la trinité hindoue – Brahma, Vishnou, Shiva

 

Après cette visite en plein cagnard et l’intermède de la boutique, nous sommes rentrés à la guest house,
épuisés de cette première journée.
Il est quand même 13 h30 et nous avons faim. Je prends une douche pour me rafraîchir et nous montons sur
le toit de notre guest-house où se trouve un restaurant.

Nous y faisons la connaissance de son propriétaire, Diva,

....................un grand philosophe et un grand sage, malgré son jeune âge.
                    D’ailleurs le nom de son resto lui convient bien « good luck café »

………..et une cuisinière aux petits soins pour nous.

Puis petit tour dans le quartier autour de notre guest house, quartier qui semble relativement propre, je trouve,
comme le reste de Mamallapuram, mais je n’ai pas encore de point de comparaison.

Il y a bien quelques vaches qui broutent les ordures…..

Mais je me rends compte que ce que nous visitons, c’est le quartier très touristique et en fait très « baba-cool ».
Beaucoup de resto pour  touristes,
beaucoup d’occidentaux…..certains qui doivent bien avoir dans les 70 ans, avec cheveux blancs et queue de
cheval , et qui ont dû arriver dans les années 70, et sont restés scotchés là….


Nous sommes en fait dans le quartier d'"Othavadai Road" ......

Tous les matins, les jeunes indiennes et les moins jeunes dessinent un mandala devant leur porte.
Je suppose que c'est pour protéger les maisons

Voici la rue principale de Mamallapuram :

Vers 17 h, nous sommes rentrés au frais, à l’ombre de notre terrasse avec vue sur la plage…..un vrai bonheur !
             

Le soir, resto de nouveau : je mange encore un fameux «chicken baryani » pour 25O Rs, soit environ 3 euros.

Puis après le resto, nous allons au « yogi », boire un verre…. Un café pour JP et un lassi à la banane pour moi….
gloups ! comme tisane le soir pour digérer, rien de tel !!!! en effet, il me reste sur l’estomac. Mais la
gourmandise me perdra. Je voulais tellement boire un lassi indien !
« Le yogi » est en fait un repaire d’occidentaux « baba-cool » : fauteuil en osier, petite table basse, un coin où
l'on s’assoit même par terre.

La soirée se termine bizarrement. Notre serveur indien, très sympathique, qui parlait français , s’écroule
derrière le bar. Nous entendons des cris, des râles….avec du monde qui passe derrière le bar, s’y
accroupisse et reparte. Nous apprenons ainsi que le serveur est en train de faire une crise d’épilepsie…..

Drôle de soirée !

Nous rentrons à la Guest house….lecture….dodo…. Il est déjà 23 h3O.
Demain à 8 h, notre chauffeur est là pour nous emmener à Kanchipuram.

 

 LIRE le début du récit : 1er jour . .......    CLIQUEZ  ICI

 

Voyage -INDE Sud -Mamallapuram -2013



1er jour : 24 février 2013 - Arrivée à l'aéroport de CHENNAI (Madras)
                                  à 15 h15

Pour notre première visite en Inde, nous avons choisi l'Inde du sud ( et plus particulièrement le tamil nadu).
Nous avons atterri à Chennai (anciennement appelé Madras), avec l'intention de visiter l'institut de
Krishnamacharya (qui diffuse le yoga de Desikachar, celui que j'enseigne).

Mais sur les conseils d'une amie, plutôt que de commencer à visiter Chennai, nous allons au bord de la mer,
à 1 heure à peu près de l'aéroport, pour nous habituer à la chaleur, au monde, aux odeurs, bref pour nous
acclimater au "choc culturel" qui semble inhérent à tout arrivée en Inde.

Nous avons décidé d'aller à Mamallapuram. J'avais réservé à partir de la France une guest house pour notre
arrivée. En suivant les avis de "Voyageforum.com" et du "routard.com", j'ai réservé à la "Sril Harul Guest
House", qui se trouvant au bord de la mer, pouvait nous proposer une "vue sur la mer". Nous n'avons pas été
du tout déçu : pour 9OO Rs pour deux, par nuit, c'est-à-dire envion 13 euros, nous étions juste au bord de la
plage......
et en effet, le soir, c'était bien sympa de pouvoir se rafraîchir à l'air et au vent de la mer. La chambre était
simple, mais propre, avec un ventilateur, appréciable car la nuit, il faisait chaud....... Détail amusant : le drap
du dessus ne faisait pas la largeur du lit. Il a fallu que je bataille quelquefois avec mon mari pour avoir un
bout de drap, car l'air du ventilateur pouvait finir par être frais !

mamallapuram-sri-harul-guest-house-terrasse-376.jpg

                                              .......   La  "Sri Harul Guest House"

mamallapuram-sri-harul-guest-house-terrasse-007.jpg

                                                    ......  La terrasse de notre chambre  (presque les pieds dans l'eau)

mamallapuram-resto-good-luck-cafe-354.jpg

                                                           ..... La plage vue de la terrasse sur le toit de la guest house
                                                                   avec le TEMPLE du RIVAGE au loin


mamallapuram-pecheur-009.jpg
                                                                             ........Pécheurs sur la plage


Lire la suite

Comment se vider la tête des soucis

                                                                                   ~~~~~~~~

Nous avons beau savoir qu'il faut lâcher les pensées et les émotions négatives,
ne pas les ruminer, que cela ne sert
à rien, qu'à nous miner intérieurement.......
........mais lâcher n'est pas si simple.

Alors voici un petit truc qui peut vous aider............Quel serait pour vous
l'objet qui vous permettrait de vous vider la
tête, si vous n'avez pas d'arbre
dans votre jardin.....?



L'arbre à soucis

arbre-et-maison-christine-delfosse.jpg

Un jour, j'ai retenu les services d'un menuisier pour m'aider à restaurer ma vieille grange.
Après avoir terminé une dure journée au cours de laquelle une crevaison lui avait fait
perdre une heure de travail,
sa scie électrique avait rendu l'âme, et pour finir, au moment
de rentrer chez lui, son vieux pick-up avait refusé de
démarrer.

Je le reconduisis chez lui ; il demeura froid et silencieux tout au long du trajet. Arrivé chez
lui, il m'invita à rencontrer
sa famille. Comme nous marchions le long de l'allée qui
conduisait à la maison, il s'arrêta brièvement devant un petit
arbre, touchant le bout des
branches de ses mains. Lorsqu'il ouvrit la porte pour entrer chez lui, une étonnante

transformation s'était produite, son visage était devenu rayonnant. Il caressa ses deux
enfants, embrassa sa femme,
me présenta à tout le monde et m'offrit à boire comme si
rien ne l'avait affecté durant cette journée.

Lorsqu'il me raccompagna à ma voiture, en passant près de l'arbre, la curiosité s'empara
de moi et je lui demandai
pourquoi il avait touché le bout de ses branches un peu plus tôt.


- C'est mon arbre à soucis, me répondit-il. Je sais que je ne peux éviter les problèmes, les
soucis et les embûches
qui traversent mes journées, mais il y a une chose dont je suis
certain, c'est que ceux-ci n'ont aucune place dans la
maison avec ma femme et mes
enfants.
Alors, je les accroche à mon arbre à soucis tous les soirs lorsque je rentre
à la maison.
Et puis, je les reprends le matin.


- Ce qu'il y a de plus drôle, sourit-il, c'est que lorsque je sors de la maison le matin pour
les reprendre, il y en a
beaucoup moins que la veille lorsque je les avais accrochés.

                                                                                                 ~~~~~~


SOURCES : texte d'un auteur inconnu trouvé sur différents sites d’internet
                     Peinture de Christine Delfosse

Joie et spiritualité (11juin2012)

                                                                   

                                                                 Cultiver  la  joie                                                          

Les Assises Nationales du yoga, organisées par la F.N.E.Y, se sont tenues cette année à Reims du 17
au  20 mai. Le thème proposé était "Cultiver la Joie".

La joie "ananda" se révèle lorsqu'on atteint l'état de conscience absolue, Purusha. Cet état est
considéré comme un état de félicité car délivré des émotions de l'égo :  c'est "Kaivalaya", la délivrance
des turpitudes du samsara.

Isabelle Morin-Larbey, Présidente de la FNEY, a été interwiewée par le magazine "La Vie", en avril 2012.
Son explication concernant la Joie et la Spiritualité du Yoga est claire et lumineuse. Je ne peux résister
à vous en livrer quelques extraits.

                                                              ~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Magazine "La vie" : le yoga est souvent associé au détachement. Alors pourquoi
la
Joie ?

Isabelle Morin-Larbey :
Celui qui n'a jamais pratiqué peut avoir cette image du détachement qui frise l'indifférence. Et
pourtant, quand vous observez les statues de Bouddha, celui-ci arbore un léger sourire. Le Yogi
n'est pas un être placide ou neutre. Mais sa félicité est d'abord la marque d'un état d'ouverture,
d'un travail de transformation intérieure.  La joie qu'on appelle "ananda" n'est pas béate, car elle
cohabite avec la souffrance. Tout le travail du yoga est alors de nous aider à comprendre et à
traverser les causes de la souffrance qui sont multiples dans nos existences : tels la peur ou les
attachements passionnels, afin de refaire circuler la vie qui est en nous.


Mag. "La vie" : Comment cela se traduit-il dans la pratique?

Isabelle Morin-Larbey :
Le yoga permet de retrouver une fluidité des mouvements, des articulations, de la respiration. Il
développe nos sens, nous met à l'écoute de nos sensations, grâce au mouvement et à l'attention
qu'on y porte. Cette pratique élargit la conscience de soi.......... [....]..Peu à peu, je vais mieux me
connaître et mieux m'appuyer sur mes capacités physiques. Quand le corps se délie, que la
respiration circule, je peux gagner en confiance. ......[....]...Tranquillement posé dans mon corps,
je m'ouvre au monde et , de ce sentiment de liberté retrouvée, peut naître la joie.....[....].....


Mag. "La vie" : le yoga peut-il être séparé de la spiritualité hindouiste qui
l'a porté ?

Isabelle Morin-Larbey :
L'hindouisme propose six points de vue sur le monde, six systèmes philosophiques, les darshanas,
et le yoga est l'un de ces points de vue. Il ne peut donc être tronqué de ce système de pensée.
Cela dit, ce n'est pas une religion, mais une philosophie d'Etre, une sagesse. Qui dit sagesse, dit
questionnement. Et ce questionnement peut traverser vos convictions intérieures, quelles qu'
elles soient.


Mag. "La vie" : Les chrétiens se demandent si le yoga est compatible avec
leur foi ?

Isabelle Morin-Larbey :
Etre à l'écoute de la respiration qui me traverse, c'est prendre conscience de ce souffle créateur
qui me sculpte et que je laisse oeuvrer en moi. Le Chrétien pourra y voir la rencontre du Dieu
créateur. De même, en partant du corps, le yoga me fait toucher du doigt que l'incarnation est
le lieu de l'expérience. Dieu, par le Christ,  son fils, s'est incarné dans un corps d' homme.  Le
yoga, en me réconciliant avec mon corps, me parle de ce temple intérieur où le divin vient à ma
rencontre. Il me permet d'explorer les grandes attitudes spirituelles et de les vivre.


ma-ananda-moyi-la-joie.jpg
                                                Photo de Ma Anandamoyi  rayonnante et sublimée par la joie....ananda


ECOUTEZ  Aussi  l'émission audio de Frédéric Lenoir sur France Culture (25.09.2011)
                         le thème  : "le yoga comme voie spirituelle"  cliquez  ICI





Yoga physique ou yoga mou ?

 

                  YOGA PHYSIQUE OU YOGA MOU ?

Faut-il pratiquer un yoga physique, intense ou un yoga plus tranquille, plus doux ?

C'est l'un des sujets qui ai venu sur le « tapis », si je peux dire, lors d'une conversation intéressante
avec mes élèves du vendredi après midi (je vous ferai part de l'autre sujet, lors d'un autre billet).

Et je trouverai intéressant d'avoir également un échange sur ce sujet avec les internautes.

Le yoga que j'ai pratiqué à mes débuts, il y a plus de 30 ans, était un yoga où le mot-clé était « lâcher
prise ». Lorsque j'ai suivi ma formation de professeur de yoga, j'ai découvert d'autres yogas plus
physique.

Cette expérience me permet de penser qu'aucun yoga n'est mieux qu'un autre.
Chaque yoga est bien pour une personne donnée à un moment donné de sa vie. Et notre cheminement
intérieur peut nous amener à avoir besoin de changer notre approche, à y amener des pratiques
différentes et aller ainsi vers une autre forme de yoga. De toute façon, entamer et mettre le premier
pas sur le chemin du yoga qu'il soit physique ou doux, est déjà une amorce de transformation
intérieure.
Chacun choisira alors le yoga qui lui convient le mieux à ce moment précis de son vécu.......et qui sera
peut-être différent quelques années plus tard.

Tous les yogas développent la conscience et l'ouverture d'esprit et de cœur.
Restons donc ouvert et acceptons que quelqu'un préfère une pratique de yoga qui n'est pas la nôtre.

Partageons donc nos expériences !
Pour cela n'hésitez pas à faire part, dans les commentaires, de votre découverte du yoga, et de la
forme que vous pratiquez.

Voici donc ci-dessous le partage de ma propre expérience :

Mon premier professeur était une élève de Jean Klein et enseignait le yoga de la non-dualité (yoga du
cachemire).

Sa pédagogie était basé sur le « lâcher, lâcher, lâcher................ ». Lâcher les tensions, lâcher l'effort,
lâcher les pensées........
Il s'agissait de pratiquer dans le NON-FAIRE : prendre la posture dans la lenteur du mouvement pour
ne pas être dans une saisie musculaire et dans la posture statique relâcher les tensions du muscle.

Ce professeur travaillait aussi avec la méthode Alexander (C'est une méthode rééducative, qui va favoriser,
par son intervention posturale, le traitement et la réduction des tensions nocives. L'intervention posturale mobilise toute la
structure du squelette pour permettre un fonctionnement et une position plus harmonieuse de la tête, du dos, des bras et des
jambes )
,

et je me rappelle de séances individuelles où elle me faisait faire un geste corporel du bras ou de la
jambe, sans que je n'intervienne. C'est elle qui induisait un mouvement à mon bras. Mon rôle était de
« lâcher » et de me laisser guider.

Oh, combien était difficile de ne pas anticiper l'action et de laisser faire !

Mais ce travail m'a beaucoup aidé dans ma pratique du yoga avec ce professeur qui enseignait le yoga
de la non-dualité, le yoga du non-faire.

Je me souviens également de séances individuelles, en yoga cette fois-ci, toujours avec ce même
professeur, où lors de la prise du Lotus, par exemple, elle venait rectifier la position de ma verticalité
et pour cela mettait juste son doigt sur un point de la colonne, là où justement je m'affaissais. Puis
avec une légère impulsion du doigt, elle me faisait me redresser tout en me disant : « lâche, lâche....
..lâche........sans t'affaisser ».

Oh, combien ce travail intérieur était également difficile !!
car il fallait que je tienne, tout en lâchant intérieurement : il ne devait plus y avoir de poids sur le
doigt du professeur (situé sur le point d'affaissement de ma colonne) ; je devais alléger vers le
haut............ sans être dans la rigidité.

Quand j'arrivais par bonheur à lâcher tout en tenant mon dos droit, j'avais alors une sensation
intérieure de légèreté, de vastitude intérieure.

Quelques années plus tard, j'ai entamé une formation de professeur de yoga en 4 ans, à l'Ecole
Française de Yoga ( E.F.Y.). J'y ai appris, lorsque nous étudiâmes les textes sacrés, que cette
notion de tenir et de lâcher était le « sthira-sukha » de l'aphorisme II. 46 des yoga-sutras
de Patanjali (Traduction de Françoise Mazet) :

« L'asana : être fermement établi dans un espace heureux. »

et que cette sensation très agréable ressentie alors était les joyaux de Gérard Blitz dans sa traduction
de l'aphorisme II, 37 :

« Quand le désir de prendre disparaît, les joyaux apparaissent. »

Mais j'ai réalisé qu'à vouloir appliquer le « non-faire », j'avais tendance à être trop dans le lâcher
prise.....tout en tenant la position certes.......mais vraiment avec le minimum de rigueur, puisque
j'étais toujours en deçà de mes limites corporelles. Je n'allais jamais au-delà .

J'ai pris conscience de cela lors du stage probatoire que l'on doit effectuer pour intégrer l'école, et
que j'avais choisi au hasard (s'il existe !), puisque je ne connaissais pas du tout les différentes lignées
de yoga proposées par l'école : le yoga de ce stage était le yoga de Nil Hahoutoff, un yoga que j'ai
trouvé très physique par rapport à celui que je pratiquais, et qui ressemble un peu (pour ceux qui ne
connaissent pas) au yoga d'Iyengar ;

Evidemment comme rigueur dans le yoga, il n'y avait pas mieux. Je trouvais cela à l'opposé de ce
que je faisais habituellement et évidemment je critiquais intérieurement à fond, en pensant « ce n'est
pas comme cela que l'on pratique le yoga ». Mais au fil de la semaine, je me rendis compte, qu'être
tout le temps dans le lâcher prise, ne me permettait pas de progression dans le travail postural, et
que la tonicité ne pouvait qu'être un plus avec le lâcher prise.

Je compris lors de ce stage, que j'avais tendance à oublier le côté ardeur et intense de
la posture, que « la rigueur » était une notion qui avait sa place dans la tenue d'une
posture , mais qu'il ne fallait pas être volontariste et rigide, et que faire du yoga n'était
pas seulement lâcher prise.

Mais cela avait été une bonne chose pour moi de démarrer par ce yoga plus intériorisé, plus subtil,
plus tranquille. Je pense que je n'aurai jamais continué à pratiquer, si j'avais découvert en premier
un yoga plus physique, car cela ne correspondait pas à mon état d'esprit du moment.

Maintenant dans mon enseignement, je concilie les deux :

pratiquer d'une façon intense dans un esprit de détachement intérieur.
-   Intense ne veut pas dire forcer son corps et aller au delà des limites dans la souffrance.
    Intense ne veut pas dire non plus que l'esprit est dans une attitude  volontariste.
    Intense veut dire pratiquer d'une façon persévérante, et d'une façon à chauffer le corps (tapas)
    pour dissoudre toutes les tensions physiques.
-  le lâcher prise va se situer :  physiquement au niveau des muscles qui n'ont pas besoin d'entrer
    en action , mais surtout mentalement au niveau de l'esprit qui va être dans une présence
    consciente et dans un accueil de manière à observer le mouvement ou toute pratique mise en
    oeuvre (asana, pranayama, récitation de mantra, visualisation des chakras et des énergies ....).

 L'action dans la non-action.
Mais cela fera parti d'un autre billet.

 

Comment choisir son yoga ?

C'est une tâche en fait bien difficile quand on débute. Souvent on ne sait même pas qu'il existe
plusieurs formes de yoga
. On s'inscrit donc au cours qui est le plus près de chez soi, et quelque
fois on peut être déçu, car la forme de yoga enseigné ne correspond pas à nos attentes.

Krishnamacharya disait qu'il existe un yoga pour chaque individu, et qu'il faut choisir celui qui
correspond à notre personnalité.

Le mieux est donc d'essayer plusieurs cours, si on a la chance d'avoir une variété dans sa région.
En général, chaque professeur vous propose toujours de faire un essai avant de vous inscrire.

Les yogas peuvent être différents selon les professeurs. Chacun se vale : une forme plus physique
n'est pas mieux qu'une forme plus douce, et réciproquement.

Mais il y a quand même quelques critères à respecter qui font que le yoga est du yoga.
Si ce n'est que physique, c'est de la gymnastique; si ce n'est que du lâcher prise, c'est
de la
relaxation.

Le yoga travaille sur 3 dimensions : le corps, le souffle, l'esprit.
Dans un cours, il y aura donc des :
 -  postures (plus ou moins physiques ou douces),
 -  un travail respiratoire avec le pranayama,
 -  et un travail sur l'esprit avec exercices de concentration et de méditation.

Selon les yogas, la concentration se fera sur des supports différents : les sensations,  le souffle, 
l'énergie, des visualisations sur mandalas ou chakras ou des récitations de mantra etc..... .
Votre yoga n'inclut pas forcément tous ces supports, mais c'est quand même du yoga à partir
du moment où la pratique est faite sur les 3 dimensions citées plus haut et dans une attitude
intérieure d'écoute.  Le yoga est une voie d'intériorisation.

L'autre particularité du yoga est  d'effectuer des postures en statique.
Il peut y avoir des enchaînements, des phases dynamiques; mais il doit y avoir absolument un
temps où la posture est tenue dans la durée et dans l'immobilité du corps et de l'esprit.
Le but du yoga étant, après avoir dilaté le corps physique et fait circuler les énergies, de stabiliser
et pacifier le mental.


Et vous quel yoga pratiquez vous, quel yoga préférez vous !

 


L'histoire de l'âne et du puits

 

Pour démarrer cette nouvelle année 2012, voici une histoire intéressante
pour imager la notion bouddhiste  de "transformer les situations".

 

l-ane-charge.jpg   L'histoire de l'âne tombé dans le puits 
carrelage-le-puits.jpg
  
   

Un jour, l'âne d'un fermier  tomba dans un puits.
hist-aneetpuits-2.jpg

 

 

 

 

L'animal gémissant pitoyablement pendant des heures,
le fermier se demanda quoi faire.

  hist-aneetpuits-1.jpg

 

 

 

Finalement, Il  décida que l'animal était vieux et que le puits devait  disparaître
de toute façon. Ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

hist-aneetpuits-3.jpg

 

Il  invita donc tous ses voisins à venir  l'aider. Ils saisirent
tous une pelle
et commencèrent à enterrer l'âne dans le
puits.

Au début, l'âne  réalisa ce qui se produisait et il se mit à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, Il se tut.

hist-aneetpuits-7.jpg

 

 

 

Quelques pelletées plus tard, le fermier  regarda dans le fond
du puits et fut étonné de ce qu'il voyait.

 

 

Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose
de stupéfiant.

hist-aneetpuits-4.jpgIl se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, Il se
secouait et montait dessus.

hist-aneetpuits-8.jpg

 

 

 

 

Bientôt, chacun fut stupéfait de voir l'âne sortir hors du
puits,

 

 

et se mettre à trotter!"................................. hist-aneetpuits-9.jpg

----------------
La vie nous envoie toutes sortes de difficultés.
Le moyen de se sortir du trou est de se secouer pour avancer. Chacun de nos
ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits
les plus profonds.
Il ne faut jamais abandonner !
Se secouer pour avancer, conclut cette histoire.
--------------------

Mais je trouve surtout cette histoire intéressante par le fait qu'elle image au mieux
une des notions essentielles de la philosophie bouddhiste, " transformer les
situations"
:

Il s'agit alors de ne plus considérer les évènements difficiles qui nous arrivent comme une fatalité extérieure
qui nous empêche de faire quelque chose, mais au contraire les voir comme un matériau nécessaire pour
travailler sur soi.

D'ailleurs pour le bouddhiste, c'est "lorsque l'obstacle survient que le chemin commence", car chaque
obstacle est comme une pierre sur laquelle on pose le pied pour avancer sur le chemin.
De même "toute situation est bénéfique, même le fait d'être malade, même le fait de mourir" et "chaque
ennemi est mon ami, car il est une occasion d'évoluer.


 

 

Sources des dessins : créés par Elo. Site : elokiki.blogspot.com

Recette pour la nouvelle année 2012


Nous sommes toujours plein de bonnes résolutions à l'aube du Nouvel An,

.......mais voilà, elles sont toujours difficiles à tenir sur le long terme.

Voici, une recette magique !!!!  à boire sans modération :

   

 

Source de la vidéo : www.joliecarte.com


Ajout du 2è semestre 2011

 

Il y a bien longtemps que je n'ai écrit quelques mots sur le blog.

J'ai en effet été bien occupée en cette rentrée de septembre 2011 :
........avec deux nouveaux cours, un à Montipuret et un 2è à la maison de retraite Dométys à
        Châteauroux,
........et avec la préparation de mes cours "avancés", dont le thème, cette année, est "médecine
        ayurvédique et yoga". Cela me demande beaucoup de temps, mais cela est bien
        passionnant !

Malgré tout,  j'ai pu faire quelques ajouts sur le site....les voici :

Dans la catégorie "YOGA" : une rubrique "Méditation" ......"Définition de la méditation".  CLIQUEZ ICI
                                                                                       "Pleine conscience et souffrance".  Cliquez ICI    
                                          une rubrique "Hatha-Yoga"....."Objectif du yoga".  CLIQUEZ  ICI                                                                                           "Effets du yoga". CLIQUEZ  ICI

Dans la catégorie "VIDEO", un lien audio sur "le yoga comme pratique spirituelle",  CLIQUEZ  ICI